Le marché de la revente : encore en hausse à Granby et Saint-Hyacinthe

En dépit du resserrement des règles hypothécaires en vigueur depuis l’automne dernier, pour le premier trimestre de 2017, le Québec connaît, de façon générale, une croissance des ventes résidentielles par rapport à la même période l'an dernier et cette hausse est aussi clairement observable dans les régions de Saint-Hyacinthe et Granby.

Granby

Pour la région de Granby, au cours des trois premiers mois de l'année en comparaison avec 2016, les ventes de maisons unifamiliales ont connu une hausse de 16% et les propriétés se sont vendues en 144 jours en moyenne. 

Notons qu'en 2016, Granby avait connu sa meilleure performance en quatre ans au niveau des ventes résidentielles, toutes catégories confondues, selon les chiffres publiés par la Chambre immobilière de la Haute-Yamaska. Considérant les résultats de son premier trimestre, 2017 s'annonce donc être une année très favorable pour les vendeurs.

Saint-Hyacinthe

Pour sa part, Saint-Hyacinthe a connu une croissance des ventes de maisons unifamiliales de 17 % pour la même période et les ventes se font en moyenne en 100 jours ce qui est nettement plus rapide que pour le Québec en général qui affiche une moyenne de 115 jours dans cette catégorie de résidences.

Les conditions du marché de Saint-Hyacinthe, pour les douze derniers mois sont généralement favorables aux vendeurs en ce qui concerne la vente de maisons unifamiliales de moins de 250 000$.

Influence des taux hypothécaires

Pour les deux régions, les taux hypothécaires relativement bas et stables sont une motivation supplémentaire pour les acheteurs qui s'apprêtent à concrétiser leur projet d'acquisition résidentielle. En effet, les taux hypothécaires fixes pour des termes d'un à cinq ans sont demeurés identiques aux taux offerts pour la même période en 2016 et un récent sondage réalisé pour la Banque Scotia a d'ailleurs souligné que 85% des Québécois qui envisagent faire l'achat d'une maison au cours des 12 prochains mois, considèrent le taux hypothécaire comme étant le principal facteur dans leur prise de décision. 

De plus, le nombre de Québécois qui prévoit acheter une nouvelle maison au cours de la prochaine année a connu une hausse de 6% et se situe maintenant à 37% ce qui est supérieur à la moyenne des cinq dernières années.

Bonne nouvelle

À retenir pour tous ceux qui ont décidé de mettre en vente leur propriété cette année, selon le rapport de Desjardins publié en mars dernier, le marché de la revente au Québec connaîtra à nouveau une hausse en 2017 et ce, malgré les derniers resserrements hypothécaires. Plusieurs autres facteurs tels que, le taux de chômage qui est à son plus bas depuis une quarantaine d'années et la création de nouveaux emplois, par exemple à Saint-Hyacinthe, de même que la hausse du revenu après impôt auront un impact positif qui favorise le marché de la revente. 

Source: FICQ par le système Centris, études économiques Desjardins mars 2017, sondage  commandé par la Banque Scotia et réalisé par Maru/Marchbox mars 2017.


 

Commentaires

Ajouter un commentaire